08-01
2013
Auteur : Jérôme Forget
Partager :

En ce début d’année 2013, Guest & Strategy vous souhaite une excellente réussite dans vos projets et activités touristiques.

Exercice jamais évident mais rituel de dresser le bilan d’une année afin d’observer les tendances à venir surtout lorsque que nous assistions à de nombreux bouleversements et autres mutations. En effet, 2012 ne manque pas de piquants et autres qualificatifs : « crise », « élection présidentielle », « volatilité », « technologie », « mobilité », « E-distribution », etc.

Nous allons respectivement nous placer dans la peau d’un propriétaire de chambres d’hotes et de gites en 2012 puis dans la peau du client, hôtes en 2012. Qui sont-ils ? Quelles sont leurs attentes ? Comment réservent-ils ? Que recherchent-ils ? Etc.

Le propriétaire de chambres d’hôtes et/ou gites en 2012 :

Polyvalence : C’est un mot qui revient sans cesse dans nos nombreuses discussions avec les professionnels du secteur, le propriétaire de chambres d’hôtes et dans une moindre mesure de gites, doit savoir tout faire ou presque ! Il est hôte, psychologue, plombier, cuisinier, taxi, webmaster, jardinier, etc. C’est ce qui en fait un métier-passion avant tout. Il faut tout d’abord aimer sa vocation, son travail mais il faut surtout aimer savoir tout faire et n’importe quand… En effet, un client peut arriver plus tôt que prévu, il peut avoir une demande de dernière minute, une demande de réservation peut arriver à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit, etc. Il faut tout simplement le savoir, l’accepter et optimiser son organisation tout en sachant que vous ne pouvez être la ou le meilleur partout et que la délégation à un salarié, apprenti, stagiaire ou bien évidemment prestataire partenaire peut s’avérer très bénéfique pour votre activité.

Diversification : Nous avons eu tous les sons de cloches sur les résultats de la saison 2012, je cite : « Juillet a été compliqué mais on s’est rattrapé sur août et septembre », « nous avons nettement diminué sur l’ensemble de l’année », « Incroyable, alors que nous parlons de crise, il s’agit de notre meilleure année ! », etc, etc. Alors quelle tendance vous offrir… La réponse : Aucune ! Nous ne le répéterons jamais assez mais chaque maison d’hote, chaque propriétaire, chaque territoire, chaque stratégie est unique et l’ensemble explique partiellement ou entièrement le succès ou l’echec d’une année d’exploitation. Ce qui est certain c’est qu’il faut de plus en plus diversifier son activité pour limiter les risques et bien sur maximiser les opportunités de succès. Nous parlons ici, des séjours à thème, de la location de salle pour des évènements professionnels (séminaires, inauguration produit, etc) ou personnels (mariages, baptêmes, etc), de la table d’hôtes, etc. Il faut diversifier son activité de chambres d’hote et gites pour se différencier.

Originalité : Bien que les statistiques ne soient pas réellement fiables, nous pouvons affirmer aujourd’hui que l’offre de chambres d’hôtes en France répond à la demande et que le marché tant à se stabiliser avec autant d’ouvertures que de fermetures. Il est donc indispensable de se différencier, d’apporter une touche d’originalité et d’innovation au sein de son produit. Cela se traduit par l’avènement de « l’insolite » : des chambres d’hôtes dans les arbres, suspendues, dans une yourte, dans un ancien avion réhabilité, etc mais pas seulement… On va en maison d’hote de plus en plus pour chercher une expérience qui peut se traduire par une décoration, un paysage, une maison, un accueil, une table d’hôtes, une activité mais on ne va plus en chambre d’hôte par nécessité ou simplement pour chercher « un lit ».

Le client de chambres d’hôtes et/ou gites en 2012 :

L’ère du mobile, votre touristonaute est devenu avant tout un mobinaute : Je cite une étude Google : « Les smartphones ont transformé les habitudes de consommation : 70% des utilisateurs ont déjà utilisé leur téléphone pour recherche un produit ou un service », votre hôte est devenu « sur-connecté ». Il utilise son smartphone partout, à la maison, au travail, en déplacement et bien-sur en vacances. Quelles incidences pour vous les propriétaires de chambres d’hotes et gites… Il faut que vous ayez une vraie visibilité sur ses « nouveaux » supports. Deux solutions s’offrent à vous, soit créer un site Internet en version mobile ou bien créer votre site Internet en version responsive afin que votre propre site Internet s’adapte automatiquement aux différentes tailles des écrans que votre touristonaute est susceptible d’utiliser afin de vous trouver, vous comparer et vous « réserver ».

L’entrée remarquée de Booking.com qui bouleverse la E-distribution : Alors que je publiais il y a quasiment 1 an, l’article : « Booking.com : ami ou ennemi des chambres d’hôtes », la machine est maintenant bel et bien en marche et sera difficile à stopper. Alors il y a les « pro-booking » qui ne voient que l’apport de chiffre d’affaire généré et il y a les « anti-booking » qui gardent en mémoire le commissionnement et principalement le fait que les clients s’attendent régulièrement à tomber dans un hotel mais on ne peut rester insensible à un tel acteur qui se retrouve en permanence en tête de Google lorsque notre touristonaute tape Hotel + Ville ou bien de plus en plus chambres d’hotes + Ville… L’ambition de Booking.com est grande, après avoir été et de loin la 1ère agence de voyage en ligne pour des réservations d’hôtels, ils veulent devenir le 1er site de réservations d’hébergements à savoir chambres d’hôtes, gites, appartements, résidences de tourisme, camping et bien sur hôtels. Alors il est important pour un propriétaire de chambres d’hôtes ou de gites de savoir s’il doit ou non travailler avec un tel acteur et la réponse dépend de beaucoup de facteurs mais principalement du niveau de développement attendu, souhaité par le propriétaire. Quoi qu’il en soit, il est crucial de rester au maximum indépendant sur ses ventes et de confier à Booking.com ou autre acteur tel qu’Expedia, Venere ou Hotel.info un nombre limité de chambres, aligné avec ses niveaux d’occupation…

Les commentaires, encore et toujours : Alors que nos voisins anglais se mettent à noter les médecins, le phénomène des avis est de plus en plus ancré dans le « cycle d’expérience de notre touristonaute » : Il recherche (Google), il trouve (votre site web) puis il compare (sites d’avis) enfin il réserve soit de manière directe (sur votre site Internet) soit de manière indirecte (sur une agence de voyage en ligne type Booking.com). Quelques chiffres impressionnants : 78% des internautes font confiance aux avis online et 58% des internautes affirment ne réserver que s’ils ont pu consulter des avis sur la destination. Aujourd’hui n’est plus l’heure de savoir si le propriétaire de maison d’hote ou de gites doit s’inscrire sur des sites tels que Tripadvisor, Vinivi, Zoover, Holiday ou bien Qype mais tout simplement qu’il n’a plus le choix ! Il faut non seulement être inscrit mais être pro-actif dans la « quête » d’avis positifs afin d’influencer le référencement naturel de son propre site Internet.    

voeux_2013_agence_guest_strategy_chambre_hote_gites

8 commentaires

  1. Ping : Les salons professionnels pour les chambres d’hôtes et gites en 2013 « Reussir sa maison d'hôtes

  2. Easy Tourisme

    Belle analyse !

    Le plus important à mes yeux se situe dans le positionnement. Le marché tend à se stabiliser et il n’y a plus de salut sans un bon positionnement !

    Soyez spécifique et sachez répondre à la question : pourquoi le voyageur choisirait ma chambre d’hôte plutôt qu’une autre ?

    Répondre
  3. Didier

    Pour la polyvalence, c’est certainement un point essentiel et qui peut d’ailleurs dans un projet assurer la réussite ou non de celui-ci, on ne peut même pas imaginer avant de se lancer dans un tel projet, de l’investissement et surtout de sa capacité d’être une femme ou un homme à tout faire.

    Pour la diversification, une démarche professionnelle risque de se développer de plus en plus. Cette démarche devra inclure le développement de sa maison d’hôtes, le marketing et garder suffisamment de fraîcheur et de disponibilité pour assurer la qualité essentiel du travail, le relationnel. Mais pour ceux qui ont réellement cette dernière qualité. Quelque soit la durée nécessaire à établir leur propre clientèle, si leur accise financière le leur permet, ils ont les clés du succès. On rejoint d’ailleurs souvent le premier point qui nécessite une réflexion et de la créativité.

    Pour la E-distribution, il est dommage que l’ensemble des propriétaires s’engouffre dans la même voie que les hôtels. Ces derniers sont les premiers à se plaindre de ce système, mais n’agissent pas pour récupérer leur clientèle en direct. En effet, même si l’on peut se servir de la visibilité de ce réseau dans un premier temps comme un atout pour un développement rapide de ses réservations. Il doit être court-circuité le plus rapidement possible pour toutes les réservations suivantes et pour cela il faut développer le point suivant qui est la visibilité de l’établissement pour accroître sa propre notoriété grâce aux avis de nos hôtes.

    Enfin pour le dernier point, il demeure aujourd’hui primordial d’accroître son marketing même si malheureusement cela passe par un lobbying des propriétaires envers leurs hôtes. Beaucoup de ces avis sont souvent dévoyés, mais le revers du système est que nos hôtes ont besoin de ces avis pour effectuer leurs choix. A terme le système est très pervers, et je souris toujours de voir 10 avis en quelques jours pour une maison d’hôtes de 3 chambres, alors qu’un ratio de 10% semble plus près de la réalité pour l’émission d’avis sans préjuger de la nature de ceux-ci. D’ailleurs ce ratio se retrouve souvent sur les réponses effectuées sur un forum. Comme quoi, nous sommes tous manipulés et manipulateurs.
    Pour finir, penser que ces avis influenceront les moteurs et pousseront le référencement d’un établissement, là je ne suis pas tout à faire d’accord. Seul un référencement efficace, avec des méthodes plus traditionnelles mais extrêmement chronophage, influencera le référencement naturel des établissements, avec malheureusement des règles en perpétuelle évolution.

    Répondre
  4. Claude

    Oui, belle analyse d’un « businessman ».
    Avec ce genre de commentaire il me semble que l’on s’écarte de ce qu’est et doit être ce type d’activité.
    Il est clair que s’il arrive sur le marché ces jeunes sur-diplômés aux dents si longues qu’ils souhaitent mettre en pratique tout ce qui leur a été appris dans leurs belles écoles de commerce hi-tech and so one …
    Donc, si on a de l’argent on peut mettre une « bonne stratégie » en place pour en gagner encore plus.
    Mais jeunes gens vous ètes à des années lumières de ce qu’est la chambre d’hôtes.
    C’est très bien, continuez à amener ces stratégies, les mêmes qui ont ruinés nos industries, tant qu’à faire, une des seule source de revenus disponible dans notre beau pays, il n’y a plus qu’à la détruire aussi à petit feu… et les moutons suivront !
    Cordialement

    Répondre
    1. jeromeforget.guest&strategy

      Bonjour,
      Je vous remercie pour votre commentaire et respecte tout à fait votre opinion.
      L’idée n’est pas de faire fortune en exploitant une chambre d’hote, loin de là la réalité mais les maisons d’hôtes sont aujourd’hui tellement nombreuses qu’il faut impérativement mettre en place une réelle stratégie produit, d’accueil et marketing afin d’accueillir des hôtes. Sans une cohérence qui ne se traduit pas forcément par du haut de gamme mais par un positionnement tranché en adéquation avec ses propres valeurs, de nombreux propriétaires n’arriveront jamais à atteindre leur objectif qui est de profiter de ce qu’est la chambre d’hôtes à savoir le partage, l’authenticité et la découverte de ses hôtes.
      Il ne s’agit pas là d’un discours de « businessman » mais bel et bien d’une analyse de la réalité de cette activité.
      Cordialement,
      Jérôme Forget
      Guest & Strategy

      Répondre
      1. sylvie

        bonjour
        on a de quoi se perdre dans tout cela !!!!!!!! habitée par l ‘envie d’ouvrir des chambres d’hôtes ou d’un gîte depuis très longtemps et pleins d’idées dans la tête je me décide enfin à faire le tour de la question pour savoir si le rêve est réalisable. je glane les infos et les avis sur la question afin évidement de ne pas mettre en péril la situation financière de la famille.et on a de quoi s’y perdre dans tout cela !!!!!!!!!!! n ‘y a t-il personne qui puisse répondre si oui ou non il reste de la place aux nouveaux, si, sans l ‘ambition de devenir milliardaire, on peut gagner un peu sa vie à conditions de faire les choses avec passions, y a t-il des aides, quel secteur est porteur ou au contraire à éviter, y t-il quelqu’un qui parle de son métier, des erreurs à ne pas commettre et non de stratégie, de marketing. peut -on trouver un équilibre au milieu de tout cela, entre business et passion entre rêve et réalité . malheureusement plus je cherche et plus je me pose de question et moins j ‘ai de réponse

  5. Claude

    Merci de votre réponse, Jérôme Forget, je comprends un peu mieux votre opinion désormais.

    Chère Sylvie,
    cette activité n’est pas un rêve, beaucoup d’images sont surfaites !
    Mais à vous lire vous faites partie de ces internautes qui souhaitent avoir des réponses à tout et sur tout en restant assise face à votre pc afin d’obtenir quelque chose « clés en main » !
    Ce que je peux vous conseiller très modestement c’est d’appliquer le vieille adage : « aides toi et le Ciel t’aidera » !
    Bon courage ;)

    Répondre

Laisser un commentaire