24-05
2012
Auteur : Laura Koeppler
Partager :

En attendant avec une grande impatience le résultat de notre enquête en cours (à répondre jusqu’au 1er juin à cette adresse : http://www.mon-enquete-enligne.fr/index.php?sid=55481&lang=fr ) sur la rentabilité des chambres d’hôtes et gîtes, nous avons voulu vous offrir aujourd’hui un bilan de l’activité des chambres d’hôtes en 2012…

L’activité de chambres d’hôtes n’a jamais été aussi populaire que ces dernières années : c’est aujourd’hui selon des chiffres plus ou moins officiels, plus de 70 000 chambres établies en France. Nous avons là  un marché en réelle mutation dans lequel se côtoient à la fois des propriétaires « traditionnels » et une part grandissante de ce que nous appellerons les « Néo-professionnels ».

 Ce développement est stimulé par de nombreux facteurs :

- Un marché de l’emploi qui nous dicte qu’à 45 ans on ne vaudrait plus grand-chose,

- Un souhait des Français non seulement de conserver mais également de valoriser de l’immobilier ancien,

- Une volonté des Français de devenir maître de leur vie professionnelle en lançant leur propre projet,

- Une ultra médiatisation qui en a fait une véritable tendance,

 Etc.

Nous avons donc un fort développement des chambres d’hôtes mais surtout des chambres d’hôtes dites « professionnelles ». Nous savons que ce mot gêne et peut même choquer certaines personnes qui voient ce changement comme une perte de la qualité d’accueil, des valeurs de charme, d’authenticité voire même familiales associées à cette activité. Or, nous nous rendons compte que cela signifie avant tout un meilleur produit associé à une meilleure prestation globale d’accueil et de services. Les maisons d’hôtes montent clairement en gamme depuis quelques années poussées à la fois par le souhait des propriétaires de faire de la qualité mais avant tout par les clients qui recherchent de plus en plus de produits uniques de charme sans que cela ne signifie que les chambres d’hôtes « entrée-de-gamme » ne soient vouées à disparaître.

Contrairement à ce que nous pouvions observer il y a quelques années, les porteurs de projet et donc futurs propriétaires de maisons d’hôtes, sont de mieux en mieux informés. Ils savent qu’ils ne deviendront certainement pas millionnaires et que l’activité de chambres d’hôtes rime avec investissement financier et humain important mais leur passion et envie prédominent et leur donne la force pour mener à bien leur projet.

De la petite chambre au château en passant par l’appartement d’hôtes urbain, l’activité est variée et se voit de plus en plus concurrentielle.  Il faut dire que ce secteur d’activité a du potentiel car la demande touristique locale est en expansion : cet été, 40 % des français comptent partir en vacances, et parmi eux 70% prévoient de rester exclusivement en France, selon une étude du cabinet Protourisme. Les motifs évoqués restent un désir d’hébergement de qualité, et de consommer “français”. La croissance des clientèles européennes sur le sol français nécessite également une adaptation permanente pour entretenir cette attractivité.

Ainsi, un large nombre de propriétaires et porteurs de projets choisissent de se faire accompagner dans leurs démarches, afin d’adopter une stratégie pertinente et adaptée au secteur de la petite hôtellerie, en mutation indéniable. Les programmes de formations des institutions proposés aux acteurs de l’hébergement touristique sont l’occasion de parfaire leur connaissance du marché, de s’informer sur les innovations et d’accroître leurs compétences.

Forte de ce succès grandissant en France, l’agence Guest & Strategy, qui a d’ores et déjà été sollicitée par différents organismes et labels afin d’intervenir auprès des propriétaires, tels que la CCI de la Drôme ou bien Clévacances du Nord et du Pas-de-Calais a récemment été appelée à participer aux journées annuelles de rencontres, de conférences et de formations des Gîtes de Wallonie en Belgique, sur le thème « Booking.com : ami ou ennemi des chambres d’hôtes ? ».  En somme, l’activité de chambres d’hôtes évolue et n’a pas fini de séduire à la fois porteurs de projets et touristes !

Laura Koeppler

3 commentaires

  1. Britavit

    Très bonne analyse et condensé!
    Je me suis reconnue dans plusieurs des facteurs énoncés.

    Nous sommes fiers de nos terroirs que nous défendons et « vendons » avec générosité (tables d’hôtes avec produits locaux== slow food).

    Ajouter une touche « marketing », « étude de marché (ou du terrain)…ou en fait savoir où l’on met ses « œufs », ne peut qu’apporter du bon au projet! L’essentiel c’est d’être heureux de vivre et de sa situation, et de refuser d’être dirigé par «  » »‘l »argent » » » »!

    Aussi bravo devant la « spontanéité » de Jérôme, son enthousiasme…à démarrer cette activité de conseil aux propriétaires de chambres d’hôtes. Merci!

    1. laurakoeppler

      Bonjour Brigitte,

      Merci pour votre commentaire ! Nous sommes heureux de constater qu’il existe une prise de conscience du besoin de professionnalisation dans le secteur de la petite hôtellerie, sans pour autant tomber dans le « business » pur et dur ou dans le modèle de l’hôtellerie de chaîne, ce n’est absolument pas l’objectif…

      Jérôme est un passionné, qui a « baigné » dans l’univers la chambre d’hôtes depuis de nombreuses années, et c’est toujours un plaisir pour lui (ainsi que pour toute l’équipe de Guest & Strategy) de voir de beaux projets aboutir :) Votre commentaire lui fera sans doute très plaisir !

      Belle journée à vous !
      Laura

  2. Ping : Chambres d’hôtes et hôtels, pourquoi tant de haine… « Reussir sa maison d'hôtes

Laisser un commentaire