04-05
2011
Auteur : Jérôme Forget
Partager :

Quelques jours après avoir achevé avec succès notre opération « Je Voyage Rural » à destination de la Bretagne, je vous offre un bilan de la situation des chambres d’hôtes positionnées sur ce territoire dynamique.

Petit rappel, « Je Voyage Rural » consiste à ce qu’un collaborateur de Guest & Strategy parte à vélo et en autonomie à la découverte d’une région française. Tout au long de ce périple, il rencontre au quotidien des acteurs institutionnels du tourisme (Comités Départementaux du Tourisme, Comité Régional du Tourisme, Offices de Tourisme, etc.) ainsi que des propriétaires de chambres d’hôtes et de meublés de tourisme dans le but de repérer leurs besoins mutuels et afin de promouvoir Guest & Strategy.

Pour analyser la situation des chambres d’hotes en Bretagne, nous reprenons notre modèle du succès d’une chambre d’hôte basé sur l’étude de 5 piliers :

  1. Le territoire est riche et le moins que l’on puisse dire c’est que les propriétaires bretons sont gâtés à ce niveau là. La Bretagne base son tourisme sur de solides fondamentaux que sont la Mer, la Nature et lHistoire auxquels nous pourrions ajouter des fondamentaux secondaires que sont la Gastronomie et la Culture. Cet équilibre se vérifie dans chaque département breton et varie en fonction de la proximité littoral/terre.
    kk
  2. Le client de chambres d’hotes bretonnes est comme le client de chambres d’hotes françaises : imprévisible dans son comportement tant lors de sa réservation de séjour que pendant et même après son séjour. Il est alors impossible pour les propriétaires bretons de nous dresser un portrait du client de 2011 tant ses caractéristiques varient en fonction de son âge, son origine, son milieu social, sa situation familiale, ses activités sportives, etc. Point important à signaler, il est de plus en plus exigeant
    kk
  3. Le propriétaire breton est quant à lui aujourd’hui dans l’obligation d’innover et de chercher à se différencier tant le nombre de chambres d’hôtes et de gites ruraux est important en Bretagne. Il doit non seulement innover dans son offre d’hébergement (Ex : succès des hébergements insolites) mais également dans sa communication (Ex : utilisation avancée de l’outil internet par l’e-tourisme).
    kk
  4. La maison est quant à elle très diversifiée. J’ai pu apprécier aussi bien des manoirs bâtis en granit datant du 16-17ème siècle que des cabanes dans les bois que des longères et autres fermes typiquement bretonnes. Le charme et le caractère comme pour tout type de chambre d’hôtes doivent être omniprésents afin de séduire.
    kk
  5. La stratégie adoptée par les propriétaires de chambre d’hotes bretonnes est dans l’ensemble cohérente. J’ai été agréablement surprise à ce niveau là. Selon le type de maison d’hôtes rencontrée, son territoire et ses objectifs, j’ai pu observer la mise en place d’une stratégie de communication et de distribution cohérente. L’utilisation du e-tourisme (le web) arrive logiquement en tête puis des relais de proximité (Offices de Tourisme, commerces, etc) puis de la presse et des guides papiers, etc.

Quel support par les institutions du tourisme ?

Alors que certains départements et régions ont toujours du mal à reconnaître et encore plus accompagner de manière professionnelle les chambres d’hotes, les institutions du tourisme bretonnes que j’ai eu l’occasion de rencontrer, se sont montrées très structurées et entreprenantes envers les chambres d’hotes. Mention toute particulière à l’Office de Tourisme de Saint-Brieuc à la tête de nombreuses initiatives à succès (ex : Création du Bureau des Congrès, Application mobile, Collectif Rock’n Toques, Blog participatif prévu pour 2011, etc) ainsi qu’à la CCI de Saint-Malo et ses outils de diagnostics e-tourisme mis à disposition des recensées.

En conclusion, nous voyons bien que la Bretagne est un territoire favorable à l’avènement d’un tourisme durable et authentique favorisant l’implantation de nombreuses chambres d’hotes. C’est ainsi que sur certaines zones touristiques, l’offre d’hébergement de chambres d’hotes et gites ruraux dépasse largement la demande. Les propriétaires sont donc dans l’obligation de se professionnaliser, d’innover et de se différencier afin de pérenniser leur activité. Une tendance bretonne certes mais de plus en plus nationale…

Jérôme Forget

2 commentaires

    1. jeromeforget.guest&strategy

      Bonjour,
      Je vous remercie pour votre commentaire.
      En effet, le développement durable prend une place de plus en plus importante pour tous les acteurs de la chambre d’hotes : clients, propriétaires et professionnels. Les projets écologiques inscrits dans un respect de l’environnement fleurissent, les labels écologiques tels que l’eco label européen ou la clef verte accusent des demandes de certifications grandissantes et les clients recherchent de plus en plus d’hébergements attentifs aux notions de développement durable.
      Je vous conseille de regarder l’interview du responsable Clef Verte sur notre blog.
      Nous vous souhaitons le meilleur pour le Jardin du Vateault qui s’inscrit dans cette tendance. Petite question, avez vous pensé à une certification ?
      Au plaisir d’échanger,
      Jérôme Forget
      Agence Guest & Strategy

      Répondre

Laisser un commentaire