15-07
2010
Auteur : Jérôme Forget
Partager :

Il n’existe malheureusement pas de statistiques officielles délivrées par le gouvernement sur la fréquentation et le prix moyen des chambres d’hôtes en France. Selon le label Gîtes de France, l’occupation moyenne d’une maison d’hôtes est de 16 semaines par an à un prix moyen de 49€ soit un chiffre d’affaire d’environ 5 500€. Le tableau ci-dessous reprend ces statistiques selon que votre maison d’hôtes possède 1, 2, 3, 4 ou le maximum légal 5 chambres et ajoute la notion de Bénéfice avant impôt sur une marge net de 70% sur le Chiffre d’Affaire soit 30% de charges variables (petit-déjeuner, eau, électricité, essence pour vos déplacements, etc).

Nombre chambres
Chiffre Affaire
Bénéfice avant impôts
1 5 488 € 3 841 €
2 10 976 € 7 683 €
3 16 464 € 11 524 €
4 21 952 € 15 366 €
5 27 440 € 19 208 €

 Attention, ces statistiques ne sont que des moyennes par définition et ne sont pas actuelles. Ces chiffres sont à nuancer selon : 

  1. Votre localité
  2. Le charme de votre maison d’hôtes
  3. Le niveau de service offert
  4. La table d’hôtes

Si vous associez une belle localité dans une zone fortement touristique, une maison d’hôtes authentique de charme, que vous proposez la table d’hôtes ainsi qu’un niveau de service de grand standing, votre prix moyen ainsi que votre occupation moyenne doubleront facilement passant de 49€ par chambre à 98€ et de 16 semaines de location par an à 32 semaines. Les résultats deviennent ainsi un peu plus flatteurs :

Nombre chambres
Chiffre Affaire
Bénéfice avant impôts
1 21 952 € 15 366 €
2 43 904 € 30 732 €
3 65 856 € 46 099 €
4 87 808 € 61 465 €
5 109 760 € 76 832 €

Cette légère étude nous permet d’affirmer que l’activité de la chambre d’hôtes peut être financièrement viable. Cependant, elle souligne également que cette rentabilité d’un projet dépend de beaucoup de variables plus ou moins sous le contrôle des propriétaires…

17 commentaires

    1. jeromeforget.guest&strategy

      Bonsoir,
      Il s’agit d’une moyenne compilée sur toute l’année. Je n’ai pas été capable de trouver la date exacte de cette étude menée par Gîtes de France mais selon mes estimations, elle daterait de l’année 2007.
      Les choses évoluent en ce moment très rapidement pour notre milieu et les « professionnels » se font de plus en plus nombreux. Il sera alors intéressant de compiler ces mêmes données pour l’année 2015.
      A suivre…
      Sincèrement,
      Jérôme Forget

      Répondre
  1. micheline t'kint de Roodenbeke

    Bonjour, j’ai un gîte rural j’aimerais avoir plus de détails sur vos prestations et leurs tarifs.
    Les statistiques sont un peu difficiles à analyser car les gîtes pullulent et ne sont pas référencés Gîtes de France. en fait nous sommes très peu nombreux au BIC . Beaucoup échapent même au fisc les tarifs sont souvent calculés de façon approximative et les heures de ménage du propriétaire pas comptabilisées. les prix sont donc souvent cassés. Je pense qu’il faut plus voir cela comme une augmentation ou une valorisation de capital que comme un revenu.

    Répondre
    1. jeromeforget.guest&strategy

      Bonsoir,
      Tout d’abord, je tiens à vous remercier pour la sincérité de votre témoignage que je ne peux qu’appuyer. En effet, nous rencontrons des difficultés à collecter des informations de sources fiables tant pour les gites que pour les chambres d’hôtes. Le fait que beaucoup de propriétaires passent outre le fisc est une réalité tout comme s’en est une pour les chambres d’hôtes. Les choses vont devoir rapidement évoluer à ce niveau pour garantir une concurrence plus juste entre les différents gites. Concernant votre dernier point, il est à nuancer. Encore une fois, l’exploitation d’un gite et/ou d’une maison d’hôtes, peut apporter des revenus complémentaires non négligeables mais cet apport dépend d’une multitude de facteurs comme le lieu d’implantation, le niveau de concurrence, le niveau de la prestation délivrée, l’investissement financier et humain des propriétaires, la communication et la commercialisation de l’établissement, etc. Sans un savant mélange de ces variables (parfois peu contrôlables par les propriétaires seuls), cette activité se « limitera » à la valorisation d’un patrimoine ce qui est déjà pas si mal ! Je vous adresse avec plaisir un courriel vous présentant plus en détail mes prestations et tarifs.
      Sincèrement,
      Jérôme Forget

      Répondre
  2. Britavit

    Bonjour,
    Est-il possible d’avoir les références de cette étude de Gîtes de France (année, lien…)?
    Car cela me semble être des chiffres énormes. Je débute (Août 2009) donc je n’ai aucun recul pour apprécier ces chiffres (et avoue que je serais très heureuse de les réaliser!). Il ne s’agit en aucun cas d’une moyenne.
    Le chiffre (sans table d’hôtes) pour 3 chambres, correspond au CA d’une chambres d’hôtes ayant des chambres d’une qualité exceptionnelle en Dordogne et exerçant depuis plus de 15 ans et qui investit beaucoup en promotion publicitaire.
    Quand au chiffre d’affaire avec la table d’hôtes, c’est tout aussi erroné. Car cela revient à facturer un repas de 24€ en moyenne.
    C’est dommage pour Gîtes de France de véhiculer de telles informations (à moins qu’elles ne soient sorties de leur contexte) car on comprends mieux l’animosité des syndicats hôteliers à l’encontre des chambres d’hôtes au regard de ces chiffres énoncés.
    Et le Comité Départemental du Tourisme de Dordogne, est le premier à décourager (j’ai un courrier) les nouveaux venus dans cette activité, en expliquant que le chiffre d’affaire ne peut assurer la viabilité des revenus d’une famille.

    Au plaisir d’avoir votre réponse.

    Répondre
  3. Charles

    Bonsoir,

    Les chiffres donnés par GDF ne sont pas à prendre en compte pour un prévisionnel.
    En effet, quelque soit votre activité (chambres d’hotes ou gites) et quelque soit votre localisation (Alsace, Bretagne, Corse ou Limousin…ou n’importe où ailleurs!) le chiffre de 16 semaines d’occupation est toujours celui qui vous est fourni par GDF.

    Petite piste de reflexion : regardez la façon dont est « découpé » votre département. Qu’en pensez vous? Est ce pertinent ou cela permet il de judicieusement harmoniser les territoires en terme de fréquentation? C’est flagrant pour la Corse, mais pour d’autres aussi (Ille et Vilaine, par exemple).

    Charles

    Répondre
    1. laurakoeppler

      Bonjour et merci pour votre commentaire.
      En effet, nous travaillons actuellement sur une étude portant plus en profondeur sur la rentabilité des chambres d’hôtes à l’heure actuelle, et il est vrai que durant cette enquête, il fut parfois difficile de collecter des informations claires et fiables. Grand nombre de propriétaires gèrent encore leur activité de manière peu professionnelle, et c’est un point qu’il faudra réellement changer si l’on veut pouvoir se projeter dans l’avenir du secteur et subsister face à une concurrence de plus en plus rude.

      Au plaisir de vous lire, sincèrement,
      Laura Koeppler

      Répondre
  4. Journot

    Bonjour,
    Mon mari et moi même aimerions comme projet de faire une maison d’hôtes ou gîtes. .. Nous habitons dans le Sud-Landes. (à 10kms de Bayonne) Nous savons que c’est une régions très touristique 6 mois dans l’année, nous sommes persuadés que le gîtes fonctionnerai. Nous sommes tous les deux très avenant et adorons rece voir. Mais voilà le probleme; nous sommes tous deux au chômage et n’avons pas d’apport… Croyez vous honnêtement (à part un miracle) qu’un financier nous suivrait? Je ne trouve pas de solution pour le moment…
    Cordialement

    Répondre
  5. marie-jeanne Ronchetti

    Bonjour Madame Journot,
    Les banquiers sont en effet difficiles à convaincre si aucun des deux emprunteurs ne présentent de sérieuses garanties …. Peut-être pourriez-vous rechercher une gérance de chambres d’hôtes ? Certains propriétaires veulent en effet mettre leur activité en gérance et cela vous permettrait de tester l’activité.
    Mais trouver un banquier qui vous suive sans aucun apport me semble quasi impossible.
    Bonne continuation.

    Répondre
    1. Kendall Allegaert

      Bonjour et merci pour votre commentaire.
      Je dirais qu’il n’y a pas de recette magique pour valoriser financièrement une maison d’hôtes, car cela fait partie d’un tout. Tout dépend de la nature de votre bien ou de votre produit. Tout dépend de l’orientation de votre projet, si c’est un projet immobilier de revente de bien, ou si c’est une exploitation d’activité avec par exemple une hausse de tarifs de prestations désirée.
      Il faut savoir cependant que pour valoriser un bien, il faut lui donner une orientation particulière. C’est un fait, aujourd’hui, les clients aujourd’hui favorisent davantage de le haut de gamme, et accordent de l’importance aux produits complémentaires qui peuvent leur être mis à disposition durant toute la durée de leur séjour.
      Aussi, pour qu’un bien soit valorisé, autant pour le cas de la revente que pour le cas du développement de l’activité, il faut se procurer un bien d’exception, et envisager des travaux d’aménagement permettant de proposer une décoration qui a du goût et qui donnera du cachet à ce bien pour en faire un bien unique.
      Au final, il n’y a pas de surprise, tout se joue dans l’originalité du projet et dans l’implication du porteur de projet pour le développement de son produit.

      Au plaisir de vous lire, bonne continuation,

      Kendall Allegaert

      Répondre
  6. Benjamin H

    Bonjour,

    En tant que chambre d’hôtes, est il possible de facturer des services complémentaires ? Par exemple aller chercher les personnes à l’aéroport, faire une randonnée avev eux sur 1/2 journée, louer des vélos, etc…

    Merci !

    Benjamin

    Répondre
    1. Jérôme Forget Auteur de l’article

      Bonjour Benjamin,
      Nous vous remercions pour votre commentaire laissé sur notre blog : « Réussir sa maison d’hôtes ».
      Oui,il est tout à fait possible de facturer des services complémentaires en chambres d’hôtes ou gites comme des excursions, des trajets en voiture ou encore des paniers repas.
      Vous vous en doutez, il est possible mais tout cela est cadrer juridiquement…
      Pour les excursions, il ne faut pas tomber dans le cadre d’une Agence de Voyage c’est à dire tout faire vous même sans acheter et revendre. Autrement, il vous faudra détenir le cas échéant une licence auprès d’Atout France qui se base sur 3 critères : la garantie financière, l’assurance de responsabilité civile professionnelle et l’aptitude professionnelle (stage, exercice de l’activité, ou détention d’un diplôme, titre ou certificat). Son obtention est très complexe et couteuse…
      Pour le volet services de voiture, il vous faudra vous renseigner sur les conditions et surtout le volet assurance avec votre voiture personnelle ou professionnelle dédiée à cette activité parallèle pour là aussi ne pas tomber dans la licence de taxi…
      Pour le volet de la nourriture, il vous faudra passer non pas le stage d’1 journée en vigueur pour la table d’hôtes mais celui de 3 jours vous permettant à son issue, de commercialiser plus seulement des diners réservés à vos hôtes mais potentiellement proposer le déjeuner et autres paniers repas…
      Je vous invite à vous renseigner sur chaque item que vous souhaitez proposer et surtout de vous déclarer en tant que société telles qu’une EIRL, SARL ou encore SAS pour vous offrir ces possibilités de développement qui ne seront pas envisageables en statut non professionnel. Faites vous accompagner dans cette démarche par de réels professionnels qui sauront vous donner des conseils appropriés.
      Très belle continuation à vous dans votre projet,
      Nous sommes à votre écoute si besoin,
      Jérôme Forget
      Directeur
      Guest & Strategy

      Répondre
      1. Seb

        Attention une facturation complète incluant le transfert aéroport/gare au lieu de résidence sera considéré comme une vente tout compris, donc une prestation d’agence de voyage ce que n’est pas un loueur de chambre d’hôtes. La profession de taxi est règlementée et vous en pourrez pas non plus facturer séparément le transport (voir aujourd’hui la possibilité de faire VTC mais c’est aussi une profession soumise à déclaration).
        Idem pour une randonnée même à la 1/2 journée, la profession d’accompagnateur est règlementée et vous ne pourrez pas emmener des gens en randonnée, à moins que vous ayez le diplôme, mais ça devra là aussi faire l’objet d’une facturation séparée….

  7. Benjamin H

    Merci pour votre réponse. Ma femme est esthéticienne et souhaiterait pouvoir proposer des massages, soins du visage, etc… La solution serait donc qu’elle soit autoentrepreneur et facture ainsi séparément ce service? merci !

    Répondre

Laisser un commentaire